Les traumatismes sont la première cause de mortalité chez les enfants d’un à 18 ans au Québec, au Canada et en Amérique du Nord. Ils représentent également l’une des causes de consultations les plus fréquentes à l’urgence. Au CHU Sainte-Justine chaque année, c’est 12 000 enfants qui nous rendent visite suite à une blessure : l’équivalent du centre Bell rempli à capacité. La trauma, ça touche tout le monde!

Il est presque 23 heures, un froid samedi soir du mois de janvier, la tension est palpable dans la salle de trauma du CHU Sainte-Justine. L’équipe s’apprête à recevoir un jeune patient suite à un accident de motoneige. Un hôpital de Lanaudière a appelé une heure plus tôt pour aviser du transfert de ce patient inconscient à qui on a dû installer un tube endotrachéal pour assurer la respiration. 

 Les infirmières réchauffent la salle, les solutés et préparent des médicaments. Les inhalothérapeutes s’occupent de la machine qui prendra en charge la respiration à l’arrivée. Des médecins discutent des priorités dans la prise en charge immédiate. Ils sont nombreux : urgentistes, chirurgiens, intensivistes, anesthésistes et radiologistes. 

Le jeune garçon arrive, l’équipe fonce.

Trauma Sainte Justine

La trauma, c’est ça. Cette scène, vous l’avez vue dans l’émission Trauma ou encore Grey’s Anatomy. Mais, la trauma, ce n’est pas juste ça… C’est un véritable parcours du combattant. 

Après avoir passé une heure dans la salle de trauma, ce garçon, Gabriel, subira 4 chirurgies, fera un séjour aux soins intensifs de 10 jours, puis un autre à l’unité de chirurgie-trauma de 24 jours et finalement une réadaptation intensive au Centre de Réadaptation Marie Enfant (CRME) de plus de trois mois et demi. À chaque étape de son cheminement, des intervenants sont présents… mais également, VOUS!

Marianne Beaudin Gabriel
Gabriel et moi. © Arianne Bergeron

Sur chaque unité, des équipements de pointe ont été acquis grâce Défi-Jeunesse Sainte-Justine des écoles privées. Une sonde insérée à la salle d’opération permettra de mesurer la quantité d’oxygène dans le cerveau, de multiples appareils aux soins intensifs permettront de commencer la réadaptation et prévenir les complications, du matériel adapté aux enfants traumatisés à l’unité de chirurgie-trauma et au CRME. 

J’ai eu la chance de grandir dans les dernières années avec le Défi-Jeunesse Sainte-Justine des écoles privées. Alors que j’étais encore en formation pour devenir chirurgienne pédiatrique en 2012 commençait cette grande aventure entre le Centre d’excellence en traumatologie et les jeunes des écoles privées. Je me souviens avoir été très impressionnée quand on m’a présenté ce projet : des jeunes qui amassent de l’argent pour d’autres jeunes, c’est un projet philanthropique exceptionnel!

Dre Beaudin Trauma Child
Le trauma child, l'une des acquisitions du Défi-Jeunesse

Maintenant, plusieurs années plus tard, non seulement je suis chirurgienne pédiatrique, mais aussi chef du service de traumatologie et je suis aux premières loges pour apprécier l’impact de l’implication des jeunes.

J’ai pu voir apparaitre tous les nouveaux équipements, assister aux avancées en recherche et surtout, rencontrer tous les jeunes patients qui ont pu en bénéficier. Grâce au Défi-Jeunesse, le Centre d’excellence en traumatologie a pu se munir d’équipements à la fine pointe de la technologie qui permet au CHU Sainte-Justine de se comparer avec les meilleurs centres en Amérique du Nord. Tout ça n’aurait pas été possible sans les efforts de tous les jeunes qui ont participé au Défi. Depuis les 10 dernières années, on note une diminution de la mortalité par trauma chez les enfants. Tous ces efforts soutenus portent fruit!

Nomination Djsj

Chaque matin avant d’aller voir mes patients, la mention du Défi-Jeunesse Sainte-Justine des écoles privées à la porte de l’unité de chirurgie-trauma me rappelle à quel point des centaines de jeunes ont fait une différence pour nos patients. L’engagement de 5 M$ pour le Centre d’excellence en traumatologie se termine cette année, mais son impact va se faire sentir pendant encore des décennies.

Au nom de tout le personnel de l’équipe de traumatologie et de tous nos patients, merci du fond du cœur!

*Les propos tenus dans cet article n’engagent que la personne signataire et ne doivent pas être considérés comme étant ceux de la Fondation CHU Sainte-Justine.