Il y a mille raisons de décider de faire un legs testamentaire. Pour Annie, c’est une série de situations qui l’a menée à poser ce geste puissant, et pour elle, hautement symbolique.

« Ma chérie, c’est maman… le bébé ne va pas bien. On t’attend à Sainte-Justine. »

C’est un matin d’avril 1995 qu’a commencé l’histoire d’Annie avec Sainte-Justine. Sa belle-sœur Jocelyne vient d’accoucher de Sarah à 29 semaines.

Ce jour-là, tous les rêves qu’Annie et sa famille avaient formulés pour Sarah semblent se volatiliser. « Nous étions plongés dans l’inconnu. Sarah était arrivée beaucoup trop tôt, ne pesant même pas deux livres. Allait-elle passer la nuit? Avoir de graves séquelles aux poumons, au cœur, au cerveau? »

Les premiers jours sont difficiles. À cette époque, Annie n’est pas encore maman. « Sarah fût en quelque sorte la première personne pour qui j’aurais tout donné. Tout ce que je souhaitais était de pouvoir prendre sa douleur et lui donner toute l’énergie nécessaire pour qu’elle se développe et grandisse. Je me rendais à Sainte-Justine presque tous les jours, mais je me sentais malgré tout tellement impuissante. »

Annie se rappelle de l’humanisme, de la grandeur d’âme et du talent des équipes du CHU Sainte-Justine qui ont pris soin de Sarah et de sa maman durant leurs 60 jours d’hospitalisation. Aujourd’hui, Sarah est une jeune femme en parfaite santé! J’ai été touchée par le personnel qui prenait grand soin des patients et de leur famille. J’ai ressenti la détresse perçue dans les yeux d’un papa. Des petits miracles ont rempli mon cœur de joie et d’espoir. » 

Quelques années plus tard, une amie proche d’Annie, alors enceinte, est atteinte d’un cancer. « Ces deux expériences m’ont fait vivre d’intenses émotions. Je sentais que je devais faire plus. C’est à ce moment que c’est apparu clair pour moi : je voulais faire un don significatif. » 

Le matin où Annie se rend à la Fondation CHU Sainte-Justine, elle croise une maman avec sa petite fille visiblement très malade. 

J’étais alors bien décidée à faire mon don par assurance vie, mais de constater, de mes yeux, que mon geste allait avoir un impact sur des familles comme celle-là, m’a remplie de fierté. Pour moi, ça été le signe que j’avais pris la bonne décision.

Annie Bérubé

Annie Berube Sainte Justine

En 1999, puis en 2003, Annie choisit le don par assurance vie, dont la Fondation CHU Sainte-Justine est propriétaire et bénéficiaire. « J’ai choisi de faire un don planifié puisque la pérennité du CHU Sainte-Justine me tient à cœur. Sainte-Justine est une institution qui touche de près ou de loin l’ensemble des familles du Québec. Par ce don, je m’assure que d’autres enfants comme ma nièce et des futures mamans comme mon amie, puissent à leur tour bénéficier des meilleurs soins qui existent. » 

Le Fonds du futur de la Fondation CHU Sainte-Justine

Chaque année, plusieurs personnes comme Annie choisissent de bâtir un avenir en santé grâce à un don testamentaire ou d’assurance vie. Ils deviennent ainsi membres du Fonds du Futur.

Que ce soit pour donner une dimension humaine à votre héritage, pour transmettre vos valeurs, pour inspirer vos descendants et votre entourage, ou pour redonner à cette institution qu’est Sainte-Justine : choisir de faire un don planifié, c’est laisser une trace indélébile dans le cœur des enfants du Québec.

En savoir plus sur le Fonds du futur

Prendre contact