Et s’il était possible d’utiliser du plasma de patients guéris de la COVID-19 pour fournir aux patients présentement malades les anticorps nécessaires pour combattre le virus? C’est le pari que le Dr Philippe Bégin, chercheur-clinicien au CHU Sainte-Justine, a lancé il y a quelques mois, et qui l’a poussé à vouloir démarrer un essai clinique en partenariat avec notamment avec l’Hôpital général juif, le CHUM, McMaster University et Sunnybrook, Héma-Québec et la Société canadienne du sang.

Depuis, toute la communauté médicale et scientifique du pays s’est mobilisée pour soutenir une telle approche pancanadienne : à l’heure actuelle, des chercheurs de plus de cinquante hôpitaux, dont une quinzaine au Québec, y travaillent, en faisant la plus grosse étude randomisée contrôlée au monde évaluant l’impact du traitement par plasma convalescent contre la COVID-19.

Cette idée de traitement n’est toutefois pas nouvelle. L’étude se base sur des résultats validés et encourageants qui ont été récoltés dans d’autres situations d’épidémies et de pandémies, notamment contre l’influenza, la grippe aviaire, l’Ébola et d’autres coronavirus comme le SRAS. Dans le contexte actuel, le traitement est également étudié en Chine, en France, ainsi qu’aux États-Unis. Administrée pour éviter la progression de la maladie lors des premiers symptômes, la transfusion de plasma pourrait ainsi prévenir le développement de la COVID-19 chez les patients de tous âges.

On ne cherche pas une panacée. Il ne s’agit pas d’un remplacement à un vaccin. C’est une option prometteuse, qui permettrait de réduire le risque d’intubation et de mortalité, et qui pourrait être rendue disponible rapidement à la population en attendant un traitement plus permanent.

Dr Philippe Bégin

immuno-allergologue et chercheur
CHU Sainte-Justine

Malgré les difficultés amenées par la pandémie, de beaux exemples d’entraide et de coopération ont su se tailler une place. Ce projet agit, en quelque sorte, comme emblème de ces valeurs. Rassemblant plusieurs acteurs du domaine de la santé – d’Héma-Québec jusqu’aux laboratoires, en passant par les nombreux centres hospitaliers participants et les donneurs de plasma eux-mêmes– l’étude agit, oui, comme un souffle d’espoir, mais également comme un bel exemple de collaboration dans une période d’isolement.

Le partage d’anticorps, c’est l’entraide, et dans cette crise où il peut être difficile de se sentir proche des gens, c’est la plus belle façon de redonner au suivant. Il n’y a pas plus altruistes que des patients guéris choisissant de faire don de leur sang afin d’en guérir d’autres.

Dr Philippe Bégin

La clé du succès de cet essai clinique repose ainsi sur la solidarité des Québécois, et leur disposition à partager leurs anticorps à ceux plus malades. Mais elle revient également à nos donateurs, qui permettent à l’étude d’avancer, tels que Power Corporation du Canada et Intact Corporation financière, les premiers donateurs majeurs au Québec dans cette étude de taille.

Power Corporation a répondu présent à un nombre impressionnant de projets innovateurs déployés au CHU Sainte-Justine. Leur confiance renouvelée en la valeur et en le potentiel de notre institution a ouvert les portes à une quantité infinie de nouvelles avenues scientifiques, technologiques et thérapeutiques. Leur appui à la présente étude en est un autre exemple.

Lorsque le CHU Sainte-Justine nous a approchés au sujet du projet, CONCOR-1, nous avons immédiatement reconnu son énorme potentiel en tant que traitement possible de cette maladie complexe. Nous connaissions déjà les capacités exceptionnelles de l'hôpital en matière de recherches médicales, mais nous avons été encore plus impressionnés par sa collaboration avec Héma-Québec et 15 autres hôpitaux québécois dans le cadre de cette initiative prometteuse. Compte tenu des relations étroites que nous avons établies avec le CHU Sainte-Justine au fil des ans, il était tout naturel pour nous de soutenir ce projet. Nous saluons et remercions le CHU Sainte-Justine pour son rôle de leader dans l'aide apportée à notre société pour faire face à cette crise.

Paul C. Genest

premier vice-président
Power Corporation du Canada

Portée par le désir de faire partie de la solution, Intact Corporation financière renouvelle son engagement à la cause par un don exceptionnel de 500 000 $.  Cet investissement philanthropique, le plus important à ce projet à ce jour, met en lumière toute l'importance accordée par Intact Corporation Financière à soutenir la recherche, élément clé de la sortie de la présente crise. 

Nous avons investi dans cette initiative pour accélérer la recherche de solutions à moyen et à long termes qui aideront les gens et la société en général à se remettre sur pied. Grâce à l’expertise et au leadership du CHU Sainte-Justine, les retombées potentielles des travaux de recherche pourraient changer la donne et avoir des implications à l’échelle mondiale qui placeraient le Canada au premier plan de la lutte contre la pandémie. C’est tout un honneur pour nous de faire partie de cette initiative.

Charles Brindamour

Chef de la direction d’Intact Corporation financière
Intact Pcc Fr

La première transfusion de plasma à un patient atteint du virus a d’ailleurs eu lieu le 14 mai dernier. Au cours des prochains mois, le Dr Bégin et ses collègues espèrent recruter plus de 1 200 patients à travers le Canada et dans certains centres aux États-Unis pour participer à l’étude clinique.

Sainte-Justine – un allié de taille pour les recherches sur la COVID-19

Le CHU Sainte-Justine demeure un acteur important dans la crise actuelle. Son expertise reconnue au niveau mondial en génomique, infectiologie et en maladies rares lui permet de mettre en place des stratégies provinciales et nationales pour s’attaquer au virus et aider les patients du Québec. Cette étude, et bien d’autres qui se déroulent sous son toit présentement, en sont la preuve.

Lire le communiqué.