N’est pas capitaine d’équipe qui veut. Zackary, 11 ans, a tout ce qu’il faut pour porter le titre : la force d’affronter le pire adversaire – la leucémie –, la détermination de vouloir gagner coûte que coûte et le naturel d’inspirer et d’élever tous ceux qui l’entourent. Le 21 février, à l’occasion du Triathlon d’hiver de la Fondation CHU Sainte-Justine, Zackary fera vibrer son équipe, un « C » de capitaine sur son chandail, et un « C » de combattant bien gravé au cœur.

Et cette fois, c’est du côté des spectateurs qu’il encouragera ses coéquipiers à prendre le départ de la course.

Car depuis juin, le jeune fan de hockey a temporairement accroché ses patins pour se concentrer sur un tout autre match, celui de sa vie. Et c’est dans l’arène du CHU Sainte-Justine qu’il se déroule.

Une fois par semaine, Zackary se rend au département d’oncologie où il reçoit des traitements de chimiothérapie pour combattre une leucémie lymphoblastique aigue.

Là, une équipe attentionnée l’accueille : Dr Jean-Marie Leclerc, Dre Caroline Laverdière et Dr Thai Hoa Tran, hémato-oncologues, et Pascal Bernier, infirmier-pivot. Les traitements, les montagnes russes, les victoires et les deuils, c’est ce dernier qui, le premier, les traverse avec Zackary.  

Zackary a vraiment confiance en Pascal et ce n’est pas un hasard. L’équipe a pris le temps d’effectuer ce jumelage en fonction du tempérament de notre fils. On se sent vraiment bien entouré.

Mélissa Villemaire, maman de Zackary

Zack A Lhopital

De leur côté, les médecins s’assurent que Zackary reçoive la thérapie la mieux adaptée à sa condition et à l’évolution de sa leucémie. Ainsi, son traitement peut être ajusté en fonction de ce que l’on connaît sur la biologie de sa leucémie et de sa réponse au traitement.

Et c’est une chance immense. Zackary réagissant jusqu’à maintenant très bien aux traitements, son hospitalisation a été moins longue, sa chimio moins intensive et ses effets secondaires, moins ravageurs.

À mon avis le traitement de Zackary illustre un autre côté de ce qu’on appelle la « médecine de précision », même si on utilise encore les agents de chimiothérapie conventionnelle. Nous possédons de meilleures connaissances et des technologies de pointe pour mieux prédire ses chances de rémission et ajuster l’intensité de son traitement en fonction de celles-ci. C’est grâce à la recherche et à tous ceux qui y croient qu’on en est là et qu’on peut continuer de progresser.

Dr Thai Hoa Tran

Responsable du programme des leucémies lymphoblastiques aigues
CHU Sainte-Justine

Bien sûr, le quotidien connaît ses hauts et ses bas, et Zackary encaisse quand même son lot d’épreuves. Les sautes d’humeur, les sports mis en veilleuse, le goût des aliments qui change sont quelques-uns des défis avec lesquels il doit apprendre à composer.

Foncer dans l’adversité

Qu’à cela ne tienne, il garde la tête haute et fonce. Comme il l’a toujours fait. Quand la forme est bonne, il se rend en classe, où sa place et ses amis l’attendent. Puis, il s’implique avec ses parents et ses deux sœurs dans le Triathlon d’hiver de la Fondation CHU Sainte-Justine.

Faire des choses pour les autres est au cœur de nos valeurs. C’est notre deuxième participation au Triathlon d’hiver. La première fois, tous nos enfants étaient en santé. C’est donc bien symbolique pour nous cette année.

Steve Arsenault, papa de Zackary

Zackary Carrousel 6
Zackary Carrousel 4
Zackary Carrousel 5
Zackary Carrousel 2
Zackary Carrousel 3
Zackary Carrousel 1

Le 21 février prochain, en capitaine rassembleur, Zack sera derrière ses coéquipiers pour les encourager à prendre le départ des épreuves de patin, de ski de fonds et de course à pied.

L’équipe soulève déjà les foules. À quelques jours du départ, elle est en tête du peloton de levée de fonds, avec déjà plus de 30 000 $ amassés pour Sainte-Justine. Un engagement dans lequel Zack s’investit depuis plusieurs mois et dont il n’est pas peu fier. En témoigne un extrait de sa lettre au Père Noël :

Lettre Au Pn

Zack, c’est nous qui te remercions pour ta générosité. On sera plusieurs centaines à courir, patiner et skier pour toi pendant le Triathlon d’hiver. Et d’ici là, on te décerne déjà la première étoile du match.

Le saviez-vous?

  • Le CHU Sainte-Justine est responsable du diagnostic et du traitement de plus de 65 % des tumeurs pédiatriques au Québec.
  • Le CHU Sainte-Justine est aussi le seul centre pédiatrique de greffe de moelle osseuse de la province.
  • Le CHU Sainte-Justine est l’hôte du Centre québécois de génomique clinique (CQGC), nommé centre provincial dédié tant pour la pédiatrie que la santé adulte. Il permet de plancher sur les avancées de la génomique et du séquençage génétique en vue d’une meilleure prévention et de soins d’une précision et d’une qualité inégalées.