Quand on la voit trottiner, les petits pieds dansants et les yeux pétillants de curiosité, on n’imagine pas combien Victoria, du haut de ses 17 mois, revient de loin.

C’est pourtant à une arrivée au monde paisible et enveloppante que ses parents, Michael et Hélène, se préparent d’abord. Pour ce premier bébé attendu pour septembre 2017, ils projettent le meilleur. 

Mais les ennuis jettent rapidement ombrage sur leur scénario. En avril, à 16 semaines de grossesse, une anomalie cérébrale et vertébrale causée par une insuffisance placentaire est décelée par les médecins de l’Hôpital Honoré-Mercié de Saint-Hyacinthe. Un transfert à la clinique GARE (grossesse à risque élevé) du CHU Sainte-Justine s’opère et, deux semaines plus tard, un retard de croissance est officiellement décelé. 

Juin. Alors qu’il reste encore 3 mois de grossesse prévus avant l’accouchement, les choses se corsent. Victoria présente des signes de détresse cardiaque et les médecins sont sans détour : il est devenu trop dangereux pour elle de rester dans le ventre de sa maman. La naissance par césarienne est imminente, et le pronostic de survie, lui, bien mauvais.

Cette journée-là, une série de deuils éclatent simultanément alors que je me retrouve envahie d’une peur indescriptible de perdre notre bébé.

Hélène Bérubé, maman de Victoria

Attendue un 4 septembre, c’est une Victoria d’à peine 550 grammes qui voit le jour, le 14 juin 2017, à seulement 28 semaines. Le creux des bras  – ou plutôt des mains – de ses parents arrive 4 jours  plus tard comme une douce brise avant la tempête. Car du haut de son minuscule et fragile corps,  Victoria s’apprête à livrer un combat herculéen.

01 Victoria Operation Soir
02 Victoria 3 Semaines De Vie Papa
03 Victoria 5 Semaines De Vie Et Main De Maman
04 Victoria 7 Semaines De Vie Maman
05 Victoria 7 Semaines De Vie Lunettes
06 Victoria Bracelet Hopital
07 Victoria 8 Mois Et Son Toutou

Notre reconnaissance envers le personnel de Sainte-Justine est infinie. Être parent à l’unité de néonatalogie, c’est vivre une impuissance et une inquiétude insoutenable. C’est étouffer nos pleurs sous ceux de notre fille, et nos peurs sous sa force. Mais c’est aussi baigner dans une mer de bienveillance, de réconfort et d’expertise.

Hélène Bérubé, maman de Victoria

À deux semaines de vie, une  grave perforation de l’intestin la frappe de plein fouet. L’opération d’urgence, très risquée sur un aussi petit être humain, est un succès, mais le chemin devant est encore long d’embûches. Gavée pendant 5 mois , elle demeure oxygéno-dépendante durant 5 mois et demi et doit vivre avec une stomie pendant plus de 8 mois. À son départ de l’unité néonatale de Sainte-Justine, le 28 septembre, 107 jours se sont écoulés, et Victoria frôle fièrement les 6 livres.

Aujourd’hui, nous savons que sans certains équipements acquis moins d’un an avant notre arrivée à l’unité, Victoria ne serait peut-être pas là aujourd’hui.

Michael Roy, papa de Victoria

En grande victorieuse qui défie maintenant tous les pronostics, on peut dire que Victoria porte bien son prénom. Et sa jolie robe dentelée rose aussi, qu’elle a choisie pour faire ses premiers pas le mois dernier. Parions qu’ils la mèneront loin. 

09 Victoria Et Ses Parents Web
08 Victoria Et Sa Maman