Filtrer par :
Fondation CHU Sainte-Justine

Quand on la voit trottiner, les petits pieds dansants et les yeux pétillants de curiosité, on n’imagine pas combien Victoria, du haut de ses 17 mois, revient de loin.

Sophie Brochu, maman

À 6 h du matin, le lendemain, le docteur nous annonce qu’il faut procéder. « Les décélérations de l’une de vos filles sont trop importantes. Nous pourrions la perdre. Il faut les sortir. »

Catherine Rowe, Fondation CHU Sainte-Justine

Aujourd’hui, en cette Journée nationale de la philanthropie, je lève mon chapeau à toutes les personnes courageuses, engagées, qui démontrent leur bienveillance, qui s’ouvrent aux autres en donnant du temps ou de l’argent, ou qui travaillent à améliorer la vie des gens et à renforcer leur communauté.

Mon histoire  

Garder l'équilibre

Marisol Aubé, maman

Cathéter au bras, notre petit coco recevait ses premières doses d’insuline. INSULINE. Ce mot que j’avais déjà entendu dans mes cours de sciences ou d’histoire, cette invention canadienne, allait maintenir notre fils en vie, d’heure en heure, pour le restant de ses jours.

Fondation CHU Sainte-Justine

D’apparence, Joseph est un jeune garçon en pleine santé. Pourtant, depuis sa tendre enfance, une épée de Damoclès est suspendue au-dessus de sa tête : Joseph est atteint d’allergies sévères et potentiellement mortelles.

Ludovic Sibiude, papa

Lou et Zoé sont arrivées trop tôt, voire bien trop tôt, pour affronter le monde extérieur. Heureusement elles ont eu la chance de naître dans cette belle ville de Montréal et mieux encore, à Sainte-Justine. Cet hôpital est pour moi, pour ma femme, pour nous quatre, notre seconde maison, notre seconde famille.

Fondation CHU Sainte-Justine

Pour le Dr Andelfinger, l’enseignement, c’est aider les étudiants à s’aider eux-mêmes. C’est faire appel à leur indépendance et leur esprit critique, créatif, à la hauteur de la formation donnée.

Fondation CHU Sainte-Justine

Youri a 7 ans. Jusqu’à l’année dernière, il était soigné par Marie-Claude Levasseur, infirmière clinicienne. Leur regard complice incarne parfaitement le visage des soins au CHU Sainte-Justine. Le cœur et l’humain avant tout.