Donner : un geste de cœur, mais qui peut aussi passer par la tête. On vous présente aujourd’hui un donateur de la Fondation, qui a accepté de nous partager ses conseils pour planifier le volet philanthropique de nos finances.

Pierre Lesage accompagne chaque jour ses clients dans l’accumulation, la protection, et la transmission de leur patrimoine. Passionné de finances, celui qui a aussi été professeur d’économie dans le passé n’est toutefois pas d’avis qu’il faut tout garder pour soi. Il est un fier donateur de la Fondation, et de plusieurs autres causes, depuis de nombreuses années.

Je me considère comme un privilégié de la société. J’ai la santé, un climat familial stable, j’ai eu accès à une bonne éducation. C’est mon devoir de redonner au suivant. Mon père a toujours été très généreux envers les organismes de bienfaisance et il m'a éduqué à cet égard. Je ne donne d’ailleurs pas de façon anonyme car je souhaite inspirer les autres!

Pierre Lesage

Conseiller en placement et donateur
Andre Et Pierre
Pierre Lesage, en compagnie de son père

Lui-même papa, il a, lorsque ses filles étaient enfants, été à même de constater le rôle essentiel de Sainte-Justine à l’échelle du Québec.

Pour moi, Sainte-Justine a toujours été synonyme de réconfort. Peu importe où tu vis, l’institution est là. J’ai de la chance, je n’y suis allé qu’une fois, avec mon aînée, pour des tests. Une expérience qui s’est conclue sur une note positive.

Pierre Lesage

Conseiller en placement et donateur
Manon Et Pierre
Romy Et Pierre 2
Erika Et Pierre 3

Le don de titres cotés en bourse, encore trop méconnu

Lorsque possible, le conseiller en placement utilise ses titres cotés en bourse (hors REER) pour faire ses dons. Particulièrement intéressant pour quelqu’un qui possède des titres comportant des gains latents importants, et qui peut renoncer aux intérêts ou aux dividendes qui y sont associés, ce moyen est selon lui un secret encore trop bien gardé.

En effet, lorsqu’ils sont transférés directement à un organisme de bienfaisance, ces titres sont exonérés de l’impôt sur le gain en capital; un incitatif mis en place par le gouvernement il y a quelques années déjà, et qui change tout. Ils permettent aussi au donateur d’obtenir un reçu d’impôt équivalent à leur valeur marchande au jour de leur transfert.

Le don de titres cotés en bourse hors REER, particulièrement de titres qui ont pris beaucoup de valeur, permet d’accroître considérablement le montant d’un don sans qu’il n’en coûte davantage. C’est un moyen gagnant-gagnant pour le donateur et l’organisme qui en bénéficie.

Pierre Lesage

Conseiller en placement et donateur

Il donne l’exemple de quelqu’un qui souhaiterait faire un don de 5 000 $, par le biais d’actions payées 2 000 $ il y a plusieurs années. Pour un contribuable taxé au maximum, l’impôt sauvé sur le gain en capital (environ 50 % de la moitié du gain) serait de plus ou moins 750 $, alors que le geste donnerait droit à un crédit d’impôt de près de 2 500 $.


« Son don de 5 000 $ lui en coûtera finalement environ 1 750$, en tenant compte de l’économie d’impôt », calcule-t-il. « Et encore moins si le gain en capital s’avère supérieur. Cela peut parfois permettre de considérer un don encore plus généreux. »

 Il est donc plus avantageux de donner ces titres que de les vendre pour ensuite faire un don en espèce.

 C’est un moyen qui a aussi l’avantage d’être simple, malgré ce que plusieurs peuvent penser.

En donnant à un organisme qui a l’habitude de recevoir ce type de don, c'est facile. La pratique est de plus en plus courante et plusieurs ont les équipes et les documents en place pour faciliter le transfert. Si vous avez un conseiller en placement, celui-ci pourra aussi vous appuyer.

Pierre Lesage

Conseiller en placement et donateur

Même si tous les mois de l’année sont propices à effectuer un don de titres cotés en bourse, il explique que novembre et décembre sont particulièrement un bon moment pour regarder le rendement de ses placements et passer à l’action. En le faisant avant la fin de l’année fiscale, on en retirera les avantages plus rapidement.

Un budget de générosité

Le principal conseil de Pierre Lesage pour ceux qui souhaiteraient prendre l’habitude de donner? Il les invite à ajouter une ligne « générosité » à leur budget personnel.

Un peu comme quelqu’un qui s’entraîne, il est crucial d’avoir un plan. Faites-vous un budget annuel. Fixez un objectif de combien vous voulez contribuer, et à quelles causes, et vous pourrez réaliser votre ambition selon vos coups de cœur et les demandes se présentant en cours d’année. Pour ma part, il m’arrive de constater, à l’approche du temps des Fêtes, que j’ai pris du retard. C’est à ce moment que je sors mon carnet de chèques, ou encore mieux, que j’effectue des dons sous forme de transfert d'actions!

Pierre Lesage

Conseiller en placement et donateur

Les professionnels pour vous aider

À la Fondation CHU Sainte-Justine, une équipe spécialisée peut vous accompagner dans la réalisation de votre don de titres cotés en bourses. N’hésitez pas à communiquer avec Nathalie Gagnon, directrice associée, dons planifiés et dons majeurs, au ngagnon@fondationstejustine.org ou au 514 345-4931, poste 6749. Nous vous invitons aussi à consulter votre conseiller financier ou juridique afin de bien comprendre et maximiser les avantages fiscaux de votre geste.