La pandémie de COVID-19 force la Fondation CHU Sainte-Justine à affronter une situation sans précédent. L’annulation de ses évènements et la sous-performance des marchés financiers affectent grandement sa capacité à assurer son soutien à la mission du CHU Sainte-Justine. Il y a urgence d'agir pour aider les équipes à répondre à la crise tout en continuant d'assurer les soins prioritaires pour des enfants de partout au Québec. Avec vous, il est possible d'y arriver.

Nous comprenons que plusieurs de nos donateurs sont eux-mêmes affectés par celle-ci et ses contre-coups économiques. Les circonstances exceptionnelles nous amènent toutefois à faire un appel sans précédent, à ceux qui en ont la possibilité, de contribuer au fonds d’urgence, essentiel pour nous donner la flexibilité d’adresser les besoins les plus urgents du CHU Sainte-Justine, à mesure qu’ils se présentent.

Maud Cohen

President and chief executive officer
CHU Sainte-Justine Foundation

De façon plus marquée, le manque à gagner au niveau des dons non affectés à des projet spécifiques, provenant majoritairement des évènements, compromet sérieusement la marge de manœuvre dont nous disposons habituellement pour soutenir les besoins prioritaires et urgents de l’hôpital et ce, à un moment critique de son histoire étant donné la crise de santé publique actuelle.  

Combattre la COVID-19, c’est comme « construire l’avion pendant qu’il vole. » 

- Dre Caroline Quach, microbiologiste-infectiologue et épidémiologiste, CHU Sainte-Justine

À l’échelle planétaire, les conditions de vie actuelles sont plus propices que jamais à l’émergence de nouvelles infections et nous exposent à des pathologies infectieuses jusqu’alors inconnues comme le SRAS, la grippe aviaire, et maintenant, la COVID-19.

Reconnu comme centre de référence pour la prévention, le diagnostic et la prise en charge des maladies infectieuses, le CHU Sainte-Justine est devenu un leader en recherche dans les domaines de l’infectiologie et de l’immunologie.

Face à la menace que fait peser la COVID-19, ses équipes se joignent aux efforts nationaux et internationaux, notamment en se mobilisant autour d’un grand projet visant à trouver un moyen de guérir les personnes atteintes (adultes ou non).

Dans le cadre d’un essai clinique et sous le leadership du CHU Sainte-Justine, en collaboration avec Héma-Québec et 12 hôpitaux québécois, dont le CHUM et l’Hôpital général juif, on procédera à la collecte de plasma convalescent pour traiter les patients hospitalisés (adultes ou non) pour la COVID-19.

D’autres équipes de recherche travaillent aussi à trouver des réponses. Pourquoi les enfants sont-ils moins affectés par la COVID-19 et comment cette réponse pourrait-elle aider à enrayer la progression de la maladie chez les personnes à risque? Comment prédire l’évolution d’une pandémie? Comment apprendre de cette situation dramatique en sondant des soignants des départements d’urgence pendant la pandémie COVID-19?

Préserver la recherche, le cœur de Sainte-Justine.

Présentement, la Fondation est dans une position affaiblie qui ne lui permet pas d’offrir son soutien habituel à Sainte-Justine, notamment à son Centre de recherche. Avec, en plus, l’annulation du concours de subventions du printemps des IRSC, le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine se retrouve présentement dans une situation difficile à plusieurs niveaux.

L’opérationnalisation des plateformes scientifiques est compromise. Au cœur des activités du Centre de recherche, ces plateformes offrent à la communauté de recherche de l’institution, mais aussi de l’extérieur, un accès à des infrastructures spécialisées et coûteuses, impossibles à gérer par un seul laboratoire. Essentielles, elles permettent d’accélérer les projets de recherche, d’offrir un soutien personnalisé et de développer de nouvelles méthodes et approches.

Ces mêmes plateformes ne peuvent fonctionner que par un personnel hautement qualifié, difficile à recruter, longuement formé et très en demande, qui risque d’être volatile dans un contexte de sous-financement. Ainsi, certaines des plateformes de recherche les plus cruciales seront forcées de ralentir leurs activités.

Chaque jour d’inactivité occasionne un retard et ultimement, un recul dans un domaine hautement compétitif et évoluant très rapidement. Des années de travail préliminaires sont compromises, en plus des collaborations nationales et internationales qui pourraient s’en trouver affectées à court et à plus long termes.

Maud Cohen

Cette force vitale qu'est la recherche, nous devons promettre collectivement de la préserver. 

Le leadership que s’est bâti le CHU Sainte-Justine grâce à ses experts n’aurait pas été possible sans le soutien au cours des ans des donateurs qui y ont cru. Perdre certains de ces acquis serait dommageable pour l’avenir de notre société. Il en va du maintien des forces de l’importante institution que représentent maintenant Sainte-Justine et son Centre de recherche pour la collectivité québécoise.

Aider les parents d’un enfant malade, dans le contexte de la COVID-19.

Par sa mission provinciale, le CHU Sainte-Justine accueille des familles des quatre coins du Québec. La Fondation n’est pas associée spontanément au soutien des familles en situation de précarité. Pourtant, depuis des années, elle contribue de façon marquée au fonds d’aide aux familles, mis en place par un donateur corporatif (Metro). 

Dans le contexte actuel, la situation des familles vulnérables de Sainte-Justine vivant avec un enfant malade ou hospitalisé, est devenue encore plus précaire. Les fonds actuels du Service social risquent de ne pas suffire pour répondre aux besoins financiers et psychosociaux criants.

La diminution de services du Manoir Ronald McDonald, la possibilité même de sa fermeture due aux risques d’infection à la COVID-19, engendrent des frais de logis très élevés que les parents peuvent difficilement assumer. Le Service social demande l’aide d’urgence de la Fondation, qui n’a pas la marge de manœuvre nécessaire pour répondre adéquatement présentement.

Maud Cohen

Être solidaires pour ceux qui sont au front : ils sont nos héros dans cette crise.

Centre désigné pour le dépistage et l’hospitalisation des enfants atteints de la COVID-19, le CHU Sainte-Justine et ses équipes sont au cœur de la crise de santé publique actuelle avec la charge de responsabilités et de pressions accrues que cela comporte.

Mobilisons-nous dans un grand mouvement de solidarité envers les équipes qui risquent leur vie et qui continuent à soigner les cas complexes en plus d'avoir à protéger la clientèle et à se protéger.

La Fondation doit pouvoir soutenir les initiatives non subventionnées par l’État. Elles permettent d’humaniser leurs conditions de travail en cette période critique, à mesure que les besoins se présentent. Aider ces intervenants de première ligne est essentiel pour faire face à la pandémie.

Edouard
Édouard, 8 ans.

À l'âge de 3 ans, Édouard fait sa première crise d'épilepsie. Après avoir épuisé toutes les armes pour comprendre l'origine de sa condition et la contrôler, on n'en connaît toujours pas la cause. Encore aujourd’hui, âgé de 8 ans, Édouard fait des crises d'épilepsie chaque nuit.

L’épilepsie a transformé sa vie et celle de sa famille. Mais l’espoir demeure et elle réside dans la recherche. Nulle part ailleurs. Le ralentissement des activités de recherche a un impact majeur pour les familles comme celle d’Edouard qui patientent depuis déjà trop longtemps en attente d’un traitement efficace. D’une vie meilleure.

La maladie n’est pas en quarantaine.

En ce moment même, un diagnostic de cancer survient. Un grand prématuré naît. Un enfant arrive par ambulance suite à un trauma.

Le CHU Sainte-Justine continue de remplir sa mission provinciale et assure un service-conseil essentiel aux centres hospitaliers régionaux, tant à ce qui a trait à la COVID-19 qu’à d’autres situations médicales urgentes.

La Fondation doit pouvoir continuer de lui apporter le soutien des donateurs, qui ont fait de cette institution québécoise un leader dans son domaine.