J’ai la chance de ne jamais avoir été confrontée à la maladie. C’est un monde que je ne connais pas. Mais j’en ai été témoin durant ma grossesse à Sainte-Justine. J’y ai lu l’inquiétude sur le visage des parents, j’y ai croisé l’innocence dans le regard des enfants et j’y ai vu la solidarité se dégager des équipes soignantes. Plus personnellement, j’y ai donné la vie, deux fois plutôt qu’une l’an dernier. Ma reconnaissance envers Sainte-Justine est infinie.

J’ai été prise en charge à l’Unité de grossesses à risque élevé (GARE) du CHU Sainte-Justine, dès que Chloé et moi avons su que nous attendions des jumeaux. Des « didi », dans le jargon des médecins : chacun son placenta, chacun son patrimoine génétique. Il y a présence de jumeaux dans ma famille et à la vitesse où mon ventre s’est arrondi, je me doutais bien que deux bébés cohabitaient avec moi. Ma surprise, c’est Sainte-Justine. Surprise de la qualité des soins reçus et de la fibre humaine qui se dégage de ceux-ci. Des médecins et infirmières rassurants à la confiance contagieuse. Sainte-Justine m’a rendue plus forte durant l’une des périodes les plus déstabilisantes que connait la vie d’une femme : celle de devenir maman.

Je ne suis pas l’exception à la règle. Comme d’autres, j’ai vécu ma grossesse alors que la pandémie battait de son plein. Et malgré tout, j’ai bénéficié des plus hauts standards de soins au Québec, d’une approche globale, tant sur le plan physique que mental. De la nutrition au soutien psychologique, j’ai été subjuguée par l’attention particulière portée aux futures mères comme moi, vivant une grossesse à risque.

Je sais que la période périnatale rend les futurs parents plus vulnérables à l’anxiété et à la dépression et que ces problématiques de santé mentale peuvent affecter la femme enceinte, le ou les bébés et à plus long terme, le couple. Mais grâce à Sainte-Justine et à sa grande famille de donateurs qui soutient les soins les plus innovants, mon parcours a été principalement senti comme un moment de bonheur et de plénitude, jusqu’à mon accouchement, à 37 semaines.

On dit généralement que de vivre la naissance d’un enfant nous permet de saisir le sens du mot « miracle ». Il n’y a rien de plus vrai pour moi. Mon accouchement ne m’a pas semblé naturel, mais bien surnaturel. Et que dire de cette forteresse qui m’a accompagnée jusqu’à la maternité : à mon amoureuse, aux préposés, aux infirmières et aux médecins : merci.

À travers l’ensemble de mon parcours, Sainte-Justine ne m’a jamais sortie d’une situation critique. Mes fils sont nés en santé et je le suis restée. C’est ce qui me rend fière et suscite mon besoin de redonner. C’est ainsi avec le cœur rempli de gratitude que j’ai accepté le rôle d’ambassadrice du 15e anniversaire du Grand sapin de Sainte-Justine, afin de porter haut et fort la cause des enfants.

Ben et Mathias ont soufflé leur première bougie d’anniversaire en novembre et vivront la magie du temps des Fêtes pour la première fois cette année. En leur honneur et pour apporter mon soutien à tous les enfants de Sainte-Justine et leur famille, j’allumerai mes lumières d’espoir dans le Grand sapin de Sainte-Justine. Je compte sur vous pour le faire avec moi. Parce qu’il n’y a rien de plus précieux que de voir grandir nos enfants en santé.

Katherine Levac
Maman et ambassadrice de la 15e édition de la campagne du Grand sapin de Sainte-Justine

*Les propos tenus dans cet article n’engagent que la personne signataire et ne doivent pas être considérés comme étant ceux de la Fondation CHU Sainte-Justine.

Le CHU Sainte-Justine

Un établissement phare en santé pédiatrique et maternelle

Le CHU Sainte-Justine, c’est d’abord et avant tout un hôpital « mère-enfant ». Cette raison d’être, qui le distingue des autres hôpitaux pédiatriques, lui permet d’aborder la santé des mères et des enfants comme un tout, et d’assurer à ces derniers des soins continus, de la naissance à l’âge adulte.

Il s’illustre, entre autres, parmi les centres hospitaliers universitaires les plus dynamiques au Canada dans le domaine de la périnatalogie et de la néonatalogie. Il est d’ailleurs le premier centre de référence au Québec pour le diagnostic prénatal.

Grâce aux donateurs comme la Fondation Rossy, de grandes avancées ont été réalisées pour transformer radicalement l’expérience globale des mères vivant une grossesse à risque élevé et de leur famille, à l’aide notamment du projet Grande Ourse en santé mentale périnatale et du programme d’intervention Ombrelles. Le Centre d’excellence en médecine fœto-maternelle du CHU Sainte-Justine évolue sans cesse dans cette voie des plus positives.


Un véritable leader en santé mère-enfant

Katherine Levac Slide 960x600 FR 1
Katherine Levac Slide 960x600 FR 2
Katherine Levac Slide 960x600 FR 3