Filtrer par :
Marie-Ève Carpentier, maman et employée de la Fondation

Perdre un enfant est un vrai cauchemar. Une douleur indescriptible. Un vertige qu’aucun parent ne veut vivre. Mais quand l’insurmontable arrive, que faire? Une des fées sur ma route m’a dit, « il faut réussir à donner un sens à une situation qui n’en a pas. »

Par Miriam Beauchamp, neuropsychologue et chercheuse

En cette Journée internationale des femmes, j’aimerais dire à toutes celles qu’une carrière en recherche intéresse : croyez en vous et foncez. Ne doutez jamais que vous y avez une place. Écoutez votre passion, façonnez votre carrière en dehors des idées reçues et suivez vos valeurs.

Julie Bélanger, Fée câline

J’adore mon rôle de tante et Emma est l’enfant de ma vie. Et même si ce n’est pas « la mienne », je comprends ce que ressentent les parents. Alors, imaginez qu’un jour, il tombe malade. Malheureusement, pour certains, ce n’est pas un simple scénario d’horreur qu’on peut mettre de côté. C’est la réalité.

Fondation CHU Sainte-Justine

Leurs histoires avec Sainte-Justine sont bien personnelles, mais leur volonté à faire la différence est commune. Toutes portées par la cause, 20 familles de cœur s’engagent à amasser 20 000 $ chacune, en un mois, en soutien à la Fondation.

Fondation CHU Sainte-Justine

Depuis 2007, plus de 306 900 Embellisseurs Lèvres "Rose Câlins" de Clarins ont été vendus dans les Jean Coutu et 4,5 M$ ont été amassés pour la Fondation, rendant possibles de grandes réalisations portées au bénéfice de milliers de petits patients.

Mon histoire  

Le mauvais bénévole

Guy A Lepage, papa et ambassadeur de la Fondation CHU Sainte-Justine

Je me considère comme privilégié. Alors je donne au suivant, depuis toujours. Mais je le fais souvent maladroitement. Et parfois, j'oublie.

Fondation CHU Sainte-Justine

Devenez donateur(trice) mensuel(le) avant le 6 mars 2021 et votre don sera doublé par monsieur Pierre Thabet. Ce généreux donateur s’engage à égaler tous les nouveaux dons mensuels pour les 12 prochains mois, jusqu’à concurrence de 50 000 $.

Marie-Eve Bourdages, maman et donatrice

Rien ne laisse présager, en janvier 2018, lors de mon retour à la maison avec deux bébés « en santé », que les jours de Marius sont comptés. À cette époque, les jumeaux vont bien et la vie aussi. Sauf que Marius ne prend pas assez de poids.